section-5479646

Objectif du CACES R482 (Cat A, B1, C1, D, F et G) : Être capable d’utiliser un engin de la famille R482 en sécurité. Durée du CACES R482 : Initiale : de 2 à 5 jours / Recyclage : de 1 à 4 jours.

- Chaussures de sécurité ;
- Vêtements haute visibilité ;
- Gants ;
- Casque et harnais (fourni par le centre de formation si besoin).

Les équipements visés par cette recommandation sont les engins de chantier à conducteur porté ou télécommandés suivants :
- matériels de terrassement et de construction de routes : bouteurs, chargeuses, chargeuses-pelleteuses, pelles hydrauliques, tombereaux, niveleuse, compacteurs, tracteurs agricoles,
- matériels de sondage ou de forage,
- chariots de manutention tout-terrain : chariots à mât vertical et chariots à flèche télescopique.

Le CACES® R482 concerne les 11 catégories d’équipement suivants :

Catégories A : Engins compacts
- pelles hydrauliques à chenille ou sur pneumatiques de masse ≤ 6 tonnes,
- chargeuses, à chenilles ou sur pneumatique, de masse ≤ 6 tonnes,
- chargeuses-pelleteuses de masse ≤ 6 tonnes,
- motobasculeurs de masse ≤ 6 tonnes,
- compacteurs de masse ≤ 6 tonnes,
- tracteurs agricoles de puissance ≤ 100 cv (73,6 kw).

Catégories B : Engins à déplacement séquentiel

Catégories B1 : Engins d’extraction à déplacement séquentiel
- pelles hydrauliques à chenilles ou sur pneumatique de masse > 6 tonnes,
- pelles multifonction.

Catégorie B2 : Engins de sondage ou de forage à déplacement séquentiel
- machines automotrices de sondage ou de forage.

Catégorie B3 : Engins rail-route à déplacement séquentiel
- pelles hydrauliques rail-route.

Catégories C : Engins à déplacement alternatif

Catégorie C1 : Engins de chargement à déplacement alternatif
- chargeuses sur pneumatique de masse > 6 tonnes
- chargeuse-pelleteuse de masse > 6 tonnes.

Catégorie C2 : Engins de réglage à déplacement alternatif
- bouteurs,
- Chargeuses à chenille de masse > 6 tonnes

Catégorie C3 : Engins de nivellement à déplacement alternatif
- niveleuse automotrice.

Catégorie D : Engins de compactage
- compacteurs, à cylindres, à pneumatiques ou mixtes de masse > 6 tonnes,
- compacteurs à pieds dameurs de masse > 6 tonnes

Catégorie E : Engins de transport
- tombereaux, rigide ou articulé,
- motobasculeurs de masse > 6 tonnes,
- tracteurs agricoles de puissance > 100 cv (73,6 kW).

Catégorie F : chariots manutention tout-terrain
- chariots de manutention tout-terrain à conducteur porté, à mât,
- chariots de manutention tout-terrain à conducteur porté, à flèche télescopique.

Catégorie G : Conduite des engins hors production
- déplacement et chargement / déchargement sur porte-engins des engins de chantier des catégories A à F, sans activité de production, pour démonstration ou essais.

Tout travailleur amené à utiliser un engin de chantier à conducteur porté ou télécommandé doit avoir reçu une formation adéquate (art. R.4323-55 du Code du travail) et être titulaire d’une autorisation de conduite délivrée par son employeur (art. R.4323-56) selon les modalités définies à l’article 3 de l’arrêté du 2 décembre 1998.

Le respect de ces prescriptions impose donc :
- que le conducteur ait reçu une formation spécifique et adaptée à la conduite en sécurité de l’engin de chantier concerné, formation qui doit être complétée et réactualisée aussi souvent que nécessaire ;
- que son aptitude médicale à la conduite de cet équipement ait été vérifiée ;
- qu’il dispose des connaissances et du savoir-faire pour la conduite en sécurité de l’engin de chantier concerné, attestés par la réussite aux épreuves théoriques et pratiques appropriées ;
- que son employeur se soit assuré qu’il a connaissance des lieux et des instructions à respecter sur le ou les sites d’utilisation ;
- que son employeur lui ait délivré une autorisation de conduite pour l’engin de chantier concerné.

Tout conducteur d’engin de chantier doit avoir bénéficié d’une formation à la conduite dont la durée et le contenu doivent être adaptés compte tenu de son expérience pratique de la conduite et de la complexité de l’équipement de travail concerné.

Cette formation est rendue obligatoire par l’article R.4323-55 du Code du travail. Ses modalités sont définies à l’article 1 de l’arrêté du 2 décembre 1998 pris en application de cet article.

Le salarié doit, au terme de cette formation dispensée en interne ou organisée dans un organisme de formation spécialisé, disposer des connaissances théoriques et du savoir-faire pratique nécessaires à sa conduite en sécurité. L’objectif de la formation est notamment :
- de lui apporter les compétences nécessaires à la conduite de l’engin de chantier concerné en situation de travail,
- de lui transmettre les connaissances théoriques et le savoir-faire pratique nécessaires à la conduite en sécurité de l’engin de chantier concerné,
- de lui communiquer les informations relatives aux risques liés à son utilisation,
- de lui permettre de maîtriser les moyens et méthodes permettant de prévenir ces risques.

Une simple « formation au passage du CACES® », qui se limiterait à préparer le salarié à répondre aux questions du test théorique et à reproduire les gestes qui lui seront demandés lors des épreuves pratiques, ne suffit pas à remplir ces obligations réglementaires essentielles pour la prévention des risques.

Pour se présenter au test CACES® le candidat doit présenter une attestation, établie par un organisme spécialisé ou par son employeur, mentionnant qu’il a bénéficié d’une formation lui permettant à minima de disposer des connaissances théoriques et du savoir-faire pratique.

A – Connaissance théorique
1. Connaissances générales
2. Technologie des engins de chantier
3. Les principaux types d’engins de chantier – Les catégories de CACES
4. Règles de circulation applicables aux engins de chantier
5. Risques liés à l’utilisation des engins de chantier
6. Exploitation des engins de chantier
7. Vérification d’usage des engins de chantier

B - Savoir-faire pratique
1. Prise de poste et vérification
2. Conduite et manœuvres
3. Fin de poste – Opération d’entretien quotidien – Maintenance
4. Conduite au moyen d’une télécommande (en option)
5. Chargement / déchargement sur porte-engins (en option pour certaine catégorie)

Cette formation donne lieu à la remise d’une attestation de présence et d’une évaluation dans les conditions définies par la recommandation CACES® R482 permettant à l’employeur de décider ou non d’établir et délivrer une autorisation de conduite à son salarié.

- 1 photo d’identité ;

Liste des EPI obligatoire pour la formation :
- Chaussures de sécurité ;
- Vêtements haute visibilité ;
- Gants ;
- Casque et harnais (fourni par le centre de formation si besoin).

Chèque, Espèces, Virement, CB (via l’application SAROOL), Chèques KADODRIVE acceptés.

Objectif du CACES R484 (Cat 1 et 2) : A l’issue de ce stage, le personnel, doit être capable d’élinguer les charges et de conduire un pont roulant catégorie 1 ou 2 (ou les 2) pour des manœuvres simples et habituelles, dans le respect des consignes de sécurité utiles à la sauvegarde des personnes et des biens.
Durée du CACES® R484 : Initiale : 2 jours / Recyclage : 2 jours.

Les Ponts Roulants ou Portiques sont des appareils de levage destinés à soulever ou à déplacer des charges. Ils sont principalement installés dans des entrepôts industriels ou dans leur prolongement extérieur, afin de faciliter la manutention de l’intérieur vers l’extérieur ou inversement.

Les Ponts Roulants sont installés en hauteur et reposent sur des rails fixés sur des poutres de roulement parallèles. Un treuil ou un palan permettent d’enrouler le câble ou la chaine pour lever la charge et la déplacer perpendiculairement au chemin de roulement de
l’appareil.

Les Ponts Roulants ou Portiques peuvent assurer des mouvements de :
- Levage (montée et descente de la charge
- Direction (déplacement du chariot perpendiculairement au pont)
- Translation (mouvement sur les chemins de roulement)
- Orientation (rotation de la charge)

De façon générale les Ponts Roulants ou Portiques sont commandés à partir d’une cabine ou au sol :
- Les commandes en cabine procurent au pontier une meilleure visibilité de la charge et de
l’itinéraire, et permet de protéger des intempéries et des nuisances industrielles.
- Les commandes au sol s’effectuent à l’aide d’une télécommande. Elles sont utilisées pour
des manœuvres compatibles avec le déplacement d’un homme au sol.

Les articles R. 4323-55 à 57 du code du travail définissent les obligations concernant la
formation à la conduite des ponts roulants ou portiques en sécurité et à la délivrance d’une autorisation de conduite.

Dans la mesure où il est responsable de la santé et de la sécurité des salariés dans son
entreprise et tenu à une obligation de sécurité de résultat, c’est à l’employeur qu’incombe le
choix, et donc la responsabilité des modalités de cette formation qui doit être de qualité et
adapté. Pour ce faire :
- Elle doit être dispensée par des formateurs expérimentés dans la conduite en sécurité des
équipements de travail concernés, connaissant leur technologie et la réglementation qui leur
est applicable et compétent dans le domaine de la prévention des risques présentés par ces engins.
- Elle peut être dispensée au sein de l’établissement ou dans un organisme de formation
spécialisé mais dans tous les cas, l’employeur doit conserver les preuves de la réalisation des actions de formation.
- Sa durée et son contenu doivent être adaptés à la complexité des équipements, aux
connaissances et à l’expérience des travailleurs concernés.

La formation doit être complétées et réactualisée chaque fois que nécessaire, par exemple lors d’un changement de pont roulant, d’une évolution technique ou d’une modification des conditions de son utilisation ayant une influence sur la sécurité, lors d’une reprise d’activité suite à une période sans pratique de conduite, etc.

Au-delà des obligations réglementaires, il faut garder à l’esprit qu’une formation professionnelle est un facteur important de sécurité.
La formation à la conduite des ponts roulants ou portiques est assurée à l’initiative des entreprises utilisatrices de ces équipements avec des formateurs internes ou externes.

Catégorie 1 : Ponts roulants et portiques à commandes au sol
Catégorie 2 : Ponts roulants et portiques à commande en cabine
Toutes personnes âgées d’au moins 18 ans, amenées à conduire un pont roulant.
- Posséder une aptitude médicale à la conduite des ponts roulants ;
- Savoir lire, écrire le français et maîtriser les 4 opérations.

A – Connaissance théorique
1. Connaissances générales
2. Technologie des ponts roulants et portiques
3. Les principaux types de ponts roulants et portiques – Les catégories de CACES®
4. Notions élémentaires de physique
5. Capacité des ponts roulants et des portiques
6. Risques liés à l’utilisation des ponts roulants et des portiques
7. Exploitation des ponts roulants et portiques
8. Accessoires de levage et règles d’élingage
9. Vérification des ponts roulants et des portiques

B – Savoir-faire pratique
1. Prise de poste et vérification
2. Conduite et manœuvres
3. Mettre le pont roulant ou le portique en position hors service
4. Fin de poste – Opération d’entretien quotidien - Maintenance

Cette formation donne lieu à la remise d’une attestation de présence et d’une évaluation dans les conditions définies par la recommandation CACES® R484 permettant à l’employeur de décider ou non d’établir et délivrer une autorisation de conduite à son salarié.
- 1 photo d’identité ;
Liste des EPI obligatoire pour la formation :
- Chaussures de sécurité ;
- Vêtements haute visibilité ;
- Gants ;
- Casques et harnais (fourni par le centre de formation si besoin).
Chèque, Espèces, Virement, CB (via l’application SAROOL), Chèques KADODRIVE acceptés.

Objectif du CACES® R485 (Cat 1 et 2) : Être capable d’utiliser en sécurité un chariot de manutention automoteur gerbeur à conducteur accompagnant.
Durée du CACES® R485 : Initiale : 2 jours / Recyclage : 2 jours.

Nota : La hauteur de levé est mesurée entre le sol et le dessus des bras de fourche dans leur position la plus élevée, c’est-à-dire avec le tablier en butée haute et le cas échéant le levage « transpalette » des bras de supports totalement déployé.

- Gerbeurs automoteurs à conducteur accompagnant (1,20 m < hauteur de levée ≤ 2,50 m » ;- Gerbeurs automoteurs à conducteur accompagnant (hauteur de levée > 2,50 m »

La détention du CACES R485 de catégorie 2 permet d’autoriser la conduite des gerbeurs à
conducteur accompagnant de catégorie 1.

Les équipements visés par cette recommandation sont les chariots automoteurs gerbeurs à
conducteur accompagnant au sens du couple de normes européennes harmonisées EN ISO
369-1 : 2015 + EN 16307-1+A1/2015

- Véhicule ayant au moins trois roues, muni d’un mécanisme d'entraînement motorisé, à
l’exception de ceux qui roulent sur rail, conçu pour transporter, lever, gerber ou stocker en
casiers toutes sortes de charges et conduit par un opérateur circulant à pied avec le chariot.

Les CACES ® R485 concernent uniquement les chariots gerbeurs à conducteur accompagnant à mât muni de bras de fourche dont les mécanismes de translation et de levage sont motorisés.

Tout travailleur amené à utiliser un chariot de manutention à conducteur accompagnant doit
avoir reçu une formation adéquate (art. R.4323-55 du Code du travail).
Il est en outre recommandé qu’il soit titulaire d’une autorisation de conduite délivrée par
son employeur selon les modalités définies à l’article 3 de l’arrêté du 2 décembre 1998.
Le respect de ces prescriptions impose donc :
- que le conducteur ait reçu une formation spécifique et adapté à la conduite en sécurité du
chariot de manutention concerné, formation qui doit être complétée et réactualisée aussi
souvent que nécessaire ;
- que son aptitude médicale à la conduite de cet équipement ait été vérifiée ;
- qu’il dispose des connaissance et du savoir-faire pour la conduite en sécurité du chariot de
manutention concerné, attesté par la réussite aux épreuves théoriques et pratiques
appropriées ;
- que son employeur se soit assuré qu’il a connaissance des lieux et des instructions à
respecter sur le ou les sites d’utilisation ;
- que son employeur lui ait délivré une autorisation de conduite pour le chariot de
manutention concerné.

Tout conducteur de chariot de manutention automoteur doit avoir bénéficié d’une formation à la conduite dont la durée et le contenu doivent être adaptés compte tenu de son expérience pratique de la conduite et de la complexité de l’équipement de travail concerné.

Cette formation est rendue obligatoire par l’article R.4323-55 du Code du travail. Ses modalités sont définies à l’article 1 de l’arrêté du 2 décembre 1998 pris en application de cet article.

Le salarié doit, au terme de cette formation dispensée en interne ou organisée dans un organisme de formation spécialisé, disposer des connaissances théoriques et du savoir-faire pratique nécessaires à sa conduite en sécurité.

L’objectif de la formation est notamment :
- de lui apporter les compétences nécessaires à la conduite du chariot concerné en situation de travail
- de lui transmettre les compétences nécessaires à la conduite du chariot concerné en situation de travail
- de lui communiquer les informations relatives aux risques liés à son utilisation,
- de lui permettre de maîtriser les moyens et méthodes permettant de prévenir ces risques
Une simple « formation au passage du CACES® », qui se limiterait à préparer le salarié à répondre aux questions du test théorique et à reproduire les gestes qui lui seront demandés lors des épreuves pratiques, ne suffit pas à remplir ces obligations réglementaires essentielles pour la prévention des risques.

Pour se présenter au test CACES® le candidat doit présenter une attestation, établie par un organisme spécialisé ou par son employeur, mentionnant qu’il a bénéficié d’une formation lui permettant à minima de disposer des connaissances théoriques et du savoir-faire pratique.

A - Connaissances théoriques
1. Connaissances générales
2. Technologie des chariots automoteurs gerbeurs à conducteur accompagnant
3. Les principaux types de gerbeurs à conducteur accompagnant – Les catégories de CACES
4. Notions élémentaires de physique
5. Stabilité des gerbeurs à conducteur accompagnant
6. Risques liés à l’utilisation des gerbeurs à conducteur accompagnant
7. Exploitation des gerbeurs à conducteur accompagnant
8. Vérifications d’usage des gerbeurs à conducteur accompagnant

B - Savoir-faire pratiques
1. Prise de poste et vérification
2. Conduites et manœuvres
3. Fin de poste – Opérations d’entretien quotidien – Maintenance

Cette formation donnera lieu à la remise d’une attestation de présence et d’une évaluation dans les conditions définies par la recommandation CACES® R485 permettant à l’employeur de décider ou non d’établir et délivrer une autorisation de conduite à son salarié

- 1 photo d’identité ;

Liste des EPI obligatoire pour la formation :
- Chaussures de sécurité ;
- Vêtements haute visibilité ;
- Gants ;
- Casque et harnais (fourni par le centre de formation si besoin).

Chèque, Espèces, Virement, CB (via l’application SAROOL), Chèques KADODRIVE acceptés.

On entend par plateforme élévatrice, aussi appelé un engin de chantier permettant de faciliter l’accès à une zone de travail en hauteur.

Objectif du CACES® R486 (Cat A et B) : Être capable d’utiliser une plateforme élévatrice mobile du personnel (PEMP) en sécurité.
Durée du CACES® R486 : Initiale : 2 à 3 jours / Recyclage : 2 jours.

Les équipements visés par cette recommandation sont les plates-formes élévatrices mobiles
de personnel (PEMP), au sens de la norme européenne harmonisée EN 280-2013 :
- machine destinée à déplacer des personnes vers des positions de travail pour exécution de tâches depuis la plate-forme, la position d’accès et de sortie de la plate-forme se trouvant
uniquement au niveau du sol ou sur le châssis.

Selon la géométrie de leur structure déformable, les PEMP sont divisées en deux groupes
principaux :
- Groupe A : PEMP dont la projection verticale du centre de la surface de la plate-forme se
trouve toujours à l’intérieur des lignes de renversement, dans toutes les configurations de la
plate-forme et jusqu’à l’inclinaison maximale du châssis spécifiée par le fabricant (élévation
verticale)
- Groupe B : toutes les autres PEMP (élévation multidirectionnelle).

En fonction de leur possibilité de translation, les PEMP sont divisées en 3 types :
- type 1 : la translation du châssis ou du porteur n’est possible que si la PEMP est en
configuration de transport (position basse),
- type 2 : la translation peut être commandée par un organe situé sur le châssis ou dans le
porteur, alors que la plate-forme n’est pas en configuration de transport (position basse),
- type 3 : la translation peut être commandées par un organe situé sur la plate-forme de
travail lorsque celle-ci est position haute.

Le CACES® R486 concerne les 3 catégories de PEMP suivantes :
- Catégorie A : PEMP du groupe A, de type 1 ou 3
- Catégorie B : PEMP du groupe B, de type 1 ou 3
- Catégorie C : Conduite hors-production des PEMP des catégorie A ou B
Déplacement, chargement / déchargement sur porte-engins, transfert de toutes les PEMP
de catégorie A ou B sans activité de production, pour leur maintenance, pour démonstration
ou pour les essais.

Tout travailleur amené à utiliser une plate-forme élévatrice mobile de personnel doit avoir
reçu une formation adéquate (art. R.4323-55 du Code du travail)) et être titulaire d’une
autorisation de conduite délivrée par son employeur (art. R.4323-56) selon les modalités
définies à l’article 3 de l'arrêté du 2 décembre 1998.
Le respect de ces prescriptions impose donc :
- Que le conducteur ait reçu une formation spécifique et adaptée à la conduite en sécurité de
la PEMP concerné, formation qui doit être complétée et réactualisée aussi souvent que
nécessaire ;
- que son aptitude médicale à la conduite de cet équipement ait été vérifiée ;
- qu’il dispose des connaissances et du savoir-faire pour la conduite en sécurité de la PEMP
concerné, attestés par la réussite aux épreuves théoriques et pratiques appropriées ;
- que son employeur se soit assuré qu’il a connaissance des lieux et des instructions à
respecter sur le ou les sites d’utilisation ;
- que son employeur lui ait délivré une autorisation de conduite pour la plate-forme
élévatrice mobile de personnel concernée.
Tout conducteur de PEMP doit avoir bénéficié d’une formation à la conduite dont la durée et le contenu doivent être adaptés compte tenu de son expérience pratique de la conduite et de la complexité de l’équipement de travail concerné.
Cette formation est rendue obligatoire par l’article R.4323-55 du Code du travail. Ses modalités sont définies à l’article 1 de l’arrêté du 2 décembre 1998 pris en application de cet article.
Le salarié doit, au terme de cette formation dispensée en interne ou organisée dans un organisme de formation spécialisé, disposer des connaissances théoriques et du savoir-faire pratique nécessaires à sa conduite en sécurité.
L’objectif de la formation est notamment :
- de lui apporter les compétences nécessaires à la conduite de la PEMP concerné en situation de travail,
- de lui transmettre les connaissances théoriques et le savoir-faire pratique nécessaires à la conduite en sécurité de la PEMP concerné,
- de lui communiquer les informations relatives aux risques liés à son utilisation,
- de lui permettre de maîtriser les moyens et méthodes permettant de prévenir ces risques.
Une simple « formation au passage du CACES® », qui se limiterait à préparer le salarié à répondre aux questions du test théorique et à reproduire les gestes qui lui seront demandés lors des épreuves pratiques, ne suffit pas à remplir ces obligations réglementaires essentielles pour la prévention des risques.
Pour se présenter au test CACES® le candidat doit présenter une attestation, établie par un organisme spécialisé ou par son employeur, mentionnant qu’il a bénéficié d’une formation lui permettant à minima de disposer des connaissances théoriques et du savoir-faire pratique.

Nota : Si la notice d’instructions de la PEMP impose le port d’EPI contre les chutes de hauteur les salariés doivent en outre avoir bénéficié d’une formation adéquate, comportant un entraînement au port de ces équipements (article R.4323-106 du Code du travail).

A – Connaissances théoriques :
1. Connaissances générales
2. Technologie de la PEMP
3. Les principaux types de PEMP – Les catégories de CACES®
4. Notions élémentaires de physique
5. Stabilité des PEMP
6. Risques liés à l’utilisation des PEMP
7. Exploitation des PEMP
8. Vérifications d’usage des PEMP

B – Savoir-faire pratiques :
1. Prise de poste et vérification
2. Conduite et manœuvres
3. Fin de poste – Opération d’entretien quotidien - Maintenance

Cette formation donne lieu à la remise d’une attestation de présence et d’une évaluation dans les conditions définies par la recommandation CACES® R486 permettant à l’employeur de décider ou non d’établir et délivrer une autorisation de conduite à son salarié.
- 1 photo d’identité ;
Liste des EPI obligatoire pour la formation :
- Chaussures de sécurité ;
- Vêtements haute visibilité ;
- Gants ;
- Casques et harnais (fourni par le centre de formation si besoin).
Chèque, Espèces, Virement, CB (via l’application SAROOL), Chèques KADODRIVE acceptés.

Objectif du CACES® R489 (Cat 1A, 1B, 2A, 2B, 3, 4, 5, 6 et 7) : Être capable d’utiliser un chariot de manutention automoteur à conducteur porté.
Durée du CACES® R489 : Initiale : 2 à 5 jours / Recyclage : 2 jours.

Les équipements visés par cette recommandation sont des chariots automoteur à
conducteur porté, en sens du couple de normes européennes harmonisées en ISO 3691-1 :
2015 + EN 16307-1+A1 : 2015 :
- Véhicule ayant au moins trois roues, muni d’un mécanisme d’entraînement motorisé, à
l’exception de ceux qui roulent sur rail, conçu pour transporter, tracter, pousser, lever,
gerber, ou stocker en casiers toutes sortes de charges et conduit par un opérateur porté,
assis sur un siège ou debout sur une plate-forme de conduite fixe ou rabattable.

Le CACES® R489 concerne les 9 catégories de chariots de manutention à conducteur porté
suivantes :

La capacité nominale et la charge maximale que le chariot peut lever, indiquée sur la
plaque constructeur (elle est indépendante de l’équipement porte-charge).
La hauteur de levée est mesurée entre le sol et le dessus des bras de fourche dans leur
position la plus élevée, c’est-à-dire avec le tablier en buté haute et le cas échéant le levage
« transpalette » des bras supports totalement déployé.

Catégorie 1A : Transpalettes à conducteur porté
Préparateur de commande sans élévation du poste de conduite (hauteur de levée ≤ 1.20
m)
Chariot de manutention à conducteur porté muni de bras de fourche, pouvant élevé une
charge à une hauteur suffisante pour permettre son transport ou la préparation de
commande au sol.
Remarque : Les transpalettes et préparateurs de commande (hauteur de levée ≤ 1.20 m) à
conducteur accompagnant équipés d’une plate-forme rabattable sont inclus dans cette
catégorie.

Catégorie 1B : Gerbeur à conducteur porté (hauteur de levé > 1.20 m)
Chariot de manutention à conducteur porté équipé d’un mât fixe et muni de bras de fourche,
pouvant élever une charge à une hauteur suffisante pour permettre son gerbage et son
dégerbage, ou son stockage et son déstockage en casier.

Catégorie 2A : Chariots à plateau porteur (capacité de charge ≤ 2 tonnes)
Chariot de manutention portant sa charge sur une plate-forme fixe ou sur un équipement
non élévateur, dont la capacité de charge est inférieure ou égale à 2 tonnes.

Catégorie 2B : Chariots tracteurs industriels (capacité de traction ≤ 25 tonnes)
Chariot de manutention muni d’un système d’attelage et spécialement conçu pour tirer des
véhicules roulants (remorques, ...), dont la capacité de traction est ≤ à 25 tonnes.

Catégorie 3 : Chariots élévateurs frontaux en porte-à-faux (capacité nominale ≤ 6 tonnes)
Chariot élévateur à mât muni de bras de fourche, sur lesquels la charge est placée en porte-
à-faux par rapport aux roues et est équilibrée par la masse du chariot, dont la capacité nominale est ≤ à 6 tonnes.

Catégorie 4 : Chariots élévateurs frontaux en porte-à-faux (capacité nominale > 6 tonnes).
Chariot élévateur à mât muni de bras de fourche, sur lesquels la charge est placée en porte-
à-faux par rapport aux roues et est équilibrée par la masse du chariot, dont la capacité nominale est supérieure à 6 tonnes.

Catégorie 5 : Chariots élévateurs à mât rétractable.
Chariot élévateur gerbeur à longerons porteurs pour lequel la charge peut être amenée en
porte-à-faux par avancement du mât.

Catégorie 6 : Chariots élévateurs à poste de conduite élevable (hauteur de plancher > 1.20 m).
Chariot élévateur gerbeur dont le poste de conduite s’élève avec l’organe porteur de charge à une hauteur de plancher > 1,20 m

Catégorie 7 : Conduite hors-production des chariots de toutes les catégories.
Déplacement, chargement / déchargement sur porte-engins et transfert de chariots des catégories 1 à 6 sans activité de production, pour leur maintenance, pour démonstrations ou pour essais.

A noter :
- La détention du CACES® R489 de catégorie 1B permet d’autoriser la conduite des chariots de manutention automoteurs à conducteur porté de catégorie 1A.
- La détention du CACES®R489 de catégorie 2B permet d’autoriser la conduite des chariots de manutention automoteurs à conducteur porté de catégorie 2A.

Tout travailleur amené à utiliser un chariot de manutention à conducteur porté doit avoir reçu une formation adéquate (art. R.4323-55 du Code du travail) et être titulaire d’une autorisation de conduite délivrée par son employeur (art.R.4323-56) selon les modalités définies à l’article 3 de l’arrêté du 2 décembre 1998.
Le respect de ces prescriptions impose donc :
- que le conducteur ait reçu une formation spécifique et adaptée à la conduite en sécurité du chariot de manutention concerné, formation qui doit être complétée et réactualisée aussi souvent que nécessaire ;
- que son aptitude médicale à la conduite de cet équipement ait été vérifiée ;
- qu’il dispose des connaissances et du savoir-faire pour la conduite en sécurité du chariot de manutention concerné, attestés par la réussite aux épreuves théoriques et pratiques appropriées ;
- que son employeur se soit assuré qu’il a connaissance des lieux et des instructions à respecter sur le ou les sites d’utilisation ;
- que son employeur lui ait délivré une autorisation de conduite pour le chariot de manutention concerné.
Tout conducteur de chariot de manutention automoteur doit avoir bénéficié d’une formation à la conduite dont la durée et le contenu doivent être adaptés compte tenu de son expérience pratique de la conduite et de la complexité de l’équipement de travail concerné.
Cette formation est rendue obligatoire par l’article R.4323-55 du Code du travail. Ses modalités sont définies à l’article 1 de l’arrêté du 2 décembre 1998 pris en application de cet article.
Le salarié doit, au terme de cette formation dispensée en interne ou organisée dans un organisme de formation spécialisé, disposer des connaissances théoriques et du savoir-faire pratique nécessaires à sa conduite en sécurité.
L’objectif de la formation est notamment :
- de lui apporter les compétences nécessaires à la conduite du chariot concerné en situation de travail,
- de lui transmettre les connaissances théoriques et le savoir-faire pratique nécessaires à la conduite en sécurité du chariot concerné,
- de lui communiquer les informations relatives aux risques liés à son utilisation,
- de lui permettre de maîtriser les moyens et méthodes permettant de prévenir ces risques.

A – Connaissances théoriques :
1. Connaissances générales
2. Technologie des chariots de manutention automoteurs à conducteur porté
3. Les principaux types de chariots de manutention – Les catégorie de CACES
4. Notions élémentaires de physique
5. Stabilité des chariots de manutention
6. Risques liés à l’utilisation des chariots de manutention à conducteur porté
7. Exploitation des chariots de manutention à conducteur porté
8. Vérifications d’usage des chariots de manutention à conducteur porté

B – Savoir-faire pratiques :
1. Prise de poste et vérification
2. Conduite et manœuvres
3. Fin de poste – Opérations d’entretien quotidien – Maintenance

Cette formation donnera lieu à la remise d’une attestation de présence et d’une évaluation dans les conditions définies par la recommandation CACES® R489 permettant à l’employeur de décider ou non d’établir et délivrer une autorisation de conduite à son salarié.
- 1 photo d’identité ;
Liste des EPI obligatoire pour la formation :
- Chaussures de sécurité ;
- Vêtements haute visibilité ;
- Gants ;
- Casques et harnais (fourni par le centre de formation si besoin).
Chèque, Espèces, Virement, CB (via l’application SAROOL), Chèques KADODRIVE acceptés.

On entend par grue de chargement, une grue à bras articulé et/ou télescopique sur laquelle il est possible d’adapter différents appareils de levage, pour charger ou décharger le véhicule.
Objectif du CACES® R490 : Être capable d’utiliser une grue de chargement en sécurité.

Durée du CACES® R490 : Initiale : 2 à 3 jours / Recyclage : 2 jours.

Les équipements visés par cette recommandation sont les grues de chargement entrant dans le champ d’application de la norme européenne harmonisée NF EN 12999 : 2014.
Le CACES® R490 comporte une seule catégorie.
Grues de chargement : Appareil de levage à charge suspendue motorisé comprenant un fût
qui pivote par rapport à une base et un système de flèche qui est fixé au sommet du fût,
généralement monté sur un véhicule industriel (y compris une remorque) ayant une capacité
résiduelle d’emport de charges, et conçu pour le chargement et le déchargement du véhicule ainsi que pour d’autres travaux tels que spécifiés par le par le fabricant dans la notice d’instruction.
Tout travailleur amené à utiliser une grue de chargement doit avoir reçu une formation
adéquate (art. R.4323-55 du Code du travail) et être titulaire d’une autorisation de conduite
délivrée par son employeur (art. R.4323-56) selon les modalités définies à l’article 3 de
l’arrêté du 2 décembre 1998.
Le respect de ces prescriptions impose donc :
- que le conducteur ait reçu une formation spécifique et adaptée à la conduite en sécurité du
chariot de manutention concerné, formation qui doit être complétée et réactualisée aussi
souvent que nécessaire ;
- que son aptitude médicale à la conduite de cet équipement ait été vérifiée ;
- qu’il dispose des connaissances et du savoir-faire pour la conduite en sécurité du chariot de manutention concerné, attestés par la réussite aux épreuves théoriques et pratiques
appropriées ;
- que son employeur se soit assuré qu’il a connaissance des lieux et des instructions à
respecter sur le ou les sites d’utilisation ;
- que son employeur lui ait délivré une autorisation de conduite pour le chariot de
manutention concerné.

Tout conducteur de grue de chargement doit avoir bénéficié d’une formation à la conduite
dont la durée et le contenu doivent être adaptés compte tenu de son expérience pratique de
la conduite et de la complexité de l’équipement de travail concerné.
Le salarié doit, au terme de cette formation dispensée en interne ou organisée dans un
organisme de formation spécialisé, disposer des connaissances théoriques et du savoir-faire
pratique nécessaires à sa conduite en sécurité. L’objectif de la formation est notamment :
- de lui apporter les compétences nécessaires à la conduite du chariot concerné en situation
de travail,
- de lui transmettre les connaissances théoriques et le savoir-faire pratique nécessaires à la conduite en sécurité du chariot concerné,
- de lui communiquer les informations relatives aux risques liés à son utilisation,
- de lui permettre de maîtriser les moyens et méthodes permettant de prévenir ces risques.

A – Connaissances théoriques :
1. Connaissances générales
2. Technologie des grues de chargement
3. Notions élémentaires de physique
4. Stabilité des grues de chargement
5. Déplacement des grues de chargement sur site
6. Risques liés à l’utilisation des grues de chargement
7. Exploitation des grues de chargement
8. Accessoires de levages et règles d’élingage
9. Vérifications d’usage des grues de chargement

B – Savoir-faire pratiques :
1. Prise de poste et vérification
2. Conduite et manœuvres
3. Fin de poste – Opération d’entretien quotidien – Maintenance
4. Conduite depuis le sol au moyen d’une télécommande (en option)

Cette formation donne lieu à la remise d’une attestation de présence et d’une évaluation dans les conditions définies par la Recommandation CACES® R490 permettant à l’employeur de décider ou non d’établir et délivrer une autorisation de conduite à son salarié.
- 1 photo d’identité ;
Liste des EPI obligatoire pour la formation :
- Chaussures de sécurité ;
- Vêtements haute visibilité ;
- Gants ;
- Casques et harnais (fourni par le centre de formation si besoin).
Chèque, Espèces, Virement, CB (via l’application SAROOL), Chèques KADODRIVE acceptés.
section-0834215

Financez votre formation

Salariés, demandeurs d’emplois ou entreprises, des sources de financement sont à votre disposition.
Nous vous accompagnons pour constituer votre dossier de financements.

Voir si ma formation est éligible

section-0d1498d
Un homme slalom entre des plots avec une moto

Les permis

Découvrez l’ensemble de nos permis !
Apprenez et devenez l’AS du volant !

En savoir plus
Homme dans un chariot élévateur qui dépose un élément dans les rayons

Les CACES

Formez-vous sur les différents CACES et obtenez votre certificat !

En savoir plus
Camion auto-école du groupe Wantz de face

Les formations professionnelles

Transports de marchandises ou 
transports de voyageurs, choisissez et formez-vous !

En savoir plus
Cours d'un homme avec un massage cardiaque sur un mannequin de secours

Les formations diverses

Nos experts sont là pour vous former sur de nombreux domaines. 
Retrouvez nos diverses formations !

En savoir plus
section-fa444cf

Contactez nous ou trouvez une agence près de chez vous !

Vous souhaitez avoir plus de renseignements sur nos formations, permis ou autres ?
Ecrivez-nous ou venez nous rencontrer dans l’une de nos agences !

Nous contacter ou Trouver une agence